samedi 3 septembre 2016

La question des échanges de massage



Non, ce n'est par parce que l'on pratique le massage que l'on doit accepter "par défaut" les échanges de massage.

Pour ma part, je ne les accepte que très rarement. Généralement, il s'agit de professionnel(le)s dont la discipline m'intéresse, parfois c'est simplement pour mon propre bien-être (et les praticiens sont toujours professionnels), et très occasionnellement ce furent des ami(e)s de longue date formés à l'une ou l'autre technique de massage (et autant le savoir, ils ne se comptent même pas sur les doigts d'une seule main).

Pour être honnête, je ne suis pas vraiment enchantée d'écrire ce billet. Parce que si je ne suis certes pas du genre à caresser les egos dans le sens du poil, ce n'est pas pour autant qu'il me plaît d'heurter les sensibilités. Mais comme on me propose de plus en plus souvent des échanges de massages "pour le plaisir d'échanger en toute amitié", et que s'en suivent d'interminables discussions parce que les susceptibilités sont ce qu'elles sont, mettons un bonne fois les choses à plat.

Redéfinissons déjà le cadre. J'ai durant des années enseigné bénévolement, dans une dynamique "amicale". Le résultat fut peu probant, d'une part parce que, pour beaucoup, amical rime avec bon enfant et frise souvent la légèreté, d'autre part, parce que comme je le répète souvent, ce que l'on obtient sans effort (le propre de la gratuité) n'impacte pas, il nous faut sacrifier pour trouver la motivation de s'impliquer, et donc avancer.

En outre, en tant que tantrika pratiquante, à l'ancienne, à la dure, le seule chose qui m'intéresse vraiment dans la vie est la Connaissance et l'acquisition de celle-ci. Donc tout ce que je fais va dans ce sens, c'est ainsi que je m'épanouis et jouis de la vie, et par extension, y prends du plaisir. Pour dire les choses encore plus clairement, "le fun pour le fun", je n'en tire aucune satisfaction durable, donc cela ne m'intéresse pas. Je ne dis pas que c'est un mal d'agir ainsi, je ne fais aucun jugement de valeur ni le procès de personne, simplement, en ce qui me concerne, cela ne m'intéresse pas, donc je ne le fais pas, Point.

Ça, c'est le réponse "personnelle" dirons-nous, une histoire de goût et de tempérament. Après, il y a l'aspect "santé" : ayant le dos dans un état déplorable, je permets à peu de personnes d'y toucher afin d'éviter de me retrouver bloquée des jours durant! Logique. Et enfin, voyons l'aspect "énergétique", celui qui est peut-être le plus difficile à comprendre et faire accepter... Je vais donc faire une analogie qui aura le mérite de clarifier et simplifier les choses.

Imaginez un cuisinier. Un grand cuisinier étoilé. Bref, un expert en son domaine. De part la maîtrise de son art (la cuisine), il a développé la capacité de "ressentir" toutes les subtilités d'un plat. Il pourra vous dire quels sont les ingrédients utilisés, jusqu'aux moindres épices, quel en a été le dosage, s'il est correctement fait et comment il peut être amélioré, etc. Mais surtout, en raison d'un sens du goût travaillé à l'extrême afin de développer une hypersensibilité pour une capacité de perception accrue, un plat cuisiné sans réelle maîtrise de la discipline en question risque fort de lui être désagréable aux papilles.

Eh bien, pour un/e tantrika ayant développé une maîtrise certaine de son psychisme, autrement dit capable d'aimer universellement, c'est pareil : sa perception énergétique (les papilles du cuisinier) est extrême. A votre avis, que se passera t-il s'il/elle reçoit un massage d'une personne qui n'est pas encore parvenue à prendre le pouvoir sur le chaos de ses sentiments, de ses émotions et de ses instincts*? Il se les prendra tout bonnement de plein fouet, une expérience rarement équilibrante, qui peut même provoquer des désordres physiques en raison de l'impact énergétique**.

Je ne le répéterai jamais assez : un massage profondément bénéfique n'est pas qu'une question de technique, qui, bien qu'indispensable, ne suffit pas si l'état d'esprit idoine n'est pas acquit. Et cet état d'esprit, c'est celui d'un amour universel***, chose qui ne tombe pas du ciel, mais qui s'apprend, se développe, se travaille avec patience, ardeur et persévérance.

J'aime partager, dès le moment où l'échange va dans les deux sens, qu'il n'est pas imposé (car où serait le partage dans ce cas?), et que l'on s'enrichisse mutuellement. J'aime partager, mais pour la Connaissance, et dans une optique de développement personnel de part et d'autre, et non pas pour faire bonne figure ou satisfaire un orgueil déplacé. J'aime partager, mais pas à votre détriment, ni au mien.

Légitime, non ?


*******

* La maîtrise ne fait pas disparaître les sentiments, les émotions et les instincts (au contraire, elle les intensifie), mais elle signifie que l'on est capable de s'en détacher en un claquement de doigt, de les diriger et de les utiliser (en tant qu'énergie, de "puissance de frappe") plutôt que d'en être le jouet.

** Plus personne n'ignore que nos sentiments, nos émotions et nos pulsions peuvent puissamment impacter sur notre corps, de manière faste comme néfaste.

*** ou au moins d'un lien affectif suffisamment fort pour couvrir un temps le fracas de notre chaos intérieur, comme le sentiment amoureux au sein d'un couple, la tendresse sans borne d'une mère pour son enfant, etc.

Texte sous copyright - tous droits réservés - 2016 - Kama Tantra Yoga



*******


Loin du new-age ambiant, accédez à un enseignement authentique du Tantra Yoga et découvrez ses massages afin de stimuler votre éveil spirituel :

www.kamatantrayoga.com