mercredi 7 décembre 2016

Et si la méditation orgasmique devenait tantrique?



On me demande de plus en plus souvent ce que je pense de la méditation orgasmique. Alors, allons-y!

Une précision avant tout : je ne fais pas ici le procès de la méditation orgasmique, une pratique en duo issue du "slow-sex". Au contraire, si elle est enseignée et pratiquée avec sincérité, je suis absolument convaincue qu'elle peut apporter un grand bien, surtout aux couples. Éventuellement aussi entre personnes qui ne partagent pas de lien affectif, bien que dans ce cas, une plus grande vigilance soit de rigueur.

Ceci-étant, je ne vais pas vous parler de la méditation orgasmique contemporaine, ni dans le cadre du slow-sex, ni dans celui du new-age. D'autres le feront bien mieux que moi, et ce avec une vraie authenticité. Car oui, on peut tout à fat nourrir son être avec une approche plus "soft" que le Tantra Yoga, qui lui demandera un peu plus de travail sur soi, pas en temps mais en discipline (pour un épanouissement plus conséquent, c'est évident).

C'est donc en tant que tantrika que je donnerai mon éclairage, vu que c'est en cette qualité que la question m'a été posée. En d'autres termes, quelle corrélation pourrait-il y avoir entre la méditation orgasmique et le Tantra? Et la méditation orgasmique, est-ce vraiment de la méditation, au sens tantrique/yogique du terme ? Parce que oui, entre la méditation contemporaine (new-age, ce qui n'est pas forcément péjoratif) et la méditation initiatique, il y a un monde!

Ainsi, la méditation orgasmique dont on parle de plus en plus dans les médias sort en effet du cadre du Tantra Yoga. Il s'agit, comme déjà dit, de slow-sex, éventuellement de neo-tantra, voire même d'une forme de sexualité sacrée, au sens dévotionnel, mais pas du Tantra Yoga. Qui lui présuppose une démarche de maîtrise du psychisme.

Ceci étant, bien entendu que cette pratique peut avoir sa place dans le Tantra Yoga. Pas tel quel, on l'aura compris, mais en l'abordant une fois le travail du psychisme bien entamé, autrement dit lorsque l'on est en mesure de vraiment méditer.

Et qu'est-ce que "vraiment méditer"? Non, ce n'est pas simplement s'asseoir, fermer les yeux et "faire le vide sans effort" (rien que la formule me fait sourire, mes élèves comprendront très bien pourquoi). Ça, s'est se détendre. La méditation connaît de multiples techniques, demande assiduité et discipline. Moins fun tout à coup, n'est-ce pas? Pourtant apprendre la véritable méditation vous apportera bien davantage de satisfaction et de bienfaits, dépassant de loin vos espérances...

Bref, revenons à nos moutons : espérer trouver un équilibre profond et à tous les niveaux en se focalisant d'emblée et principalement sur la sexualité et le sexe (même si l'intention n'est pas masturbatoire ni érotique) alors que c'est toujours le chaos dans notre mental (sentiments et pensées), dans notre cœur (émotions) et notre corps (pulsions ou instincts), c'est un leurre. Un leurre séduisant et agréable, je le concède, mais un leurre quand même.

J'entends déjà d'aucuns s'écrier "mais ce n'est pas juste, si on n'a pas la maîtrise de notre psychisme, on n'a pas le droit de se faire plaisir?!". Déjà, ce n'est pas une question d'interdit, bien sûr que vous avez le droit. C'est une question d'aptitude. Plus précisément, d'aptitude à dépasser le commun, qui de fait ne vous satisfait pas suffisamment, sinon vous ne chercheriez pas "plus". Mais surtout, je vous pose la question : qu'est ce qui est injuste, que vous ne puissiez pas aborder la méditation frontalement par le sexe, ou que vous n'accordiez pas plus d'attention que ça au travail de votre psychisme? Qu'est ce qui est injuste, que l'on ne puisse pas prendre uniquement ce qui fait plaisir pour avancer, ou que l'on scinde son être en deux en occultant l'effort et sa part d'ombre, celle qui a tant besoin d'être prise en main (sans mauvais jeu de mots), sine qua non à un épanouissement plein et entier?

A chacun de faire son choix: travailler à éveiller sa conscience (tous les aspects de la vie en font partie, y compris la sexualité), ou se contenter d'une sexualité charnelle relativement épanouie en faisant tout tourner autour d'elle. Oui, relativement, car la sexualité charnelle ne se suffit pas à elle-même pour s'épanouir pleinement. Mais épanouie quand même en partie, car elle le sera toujours plus que celle de la plupart de nos concitoyens qui n'ont aucune approche spirituelle dans leur vie.

Entre parenthèses, lorsque je parle de sexualité charnelle ( physique, matérielle, incarnée... c'est du pareil au même), cela ne signifie pas qu'elle soit dénuée de toute dévotion. Evidemment que la tendresse et l'affection sincères en font partie. l'adjectif de "charnel" n'est pas synonyme de trivial, cela signifie simplement que l'on fait ici usage, d'une manière ou d'une autre, des parties génitales.

Et pour les irréductibles du "et pourquoi faudrait-il avoir la maîtrise de son psychisme avant d'utiliser la sexualité charnelle dans les pratiques tantriques ? Et la spontanéité dans tout ça ??". Ah, la spontanéité, elle a bon dos la spontanéité... Cette qualité d'être dans le "ici et maintenant" n'a strictement rien à voir avec le fait de se laisser ballotter par ses sentiments, émotions, et en l’occurrence ici, ses pulsions. La vraie spontanéité, qui est une manifestation de la conscience, demande une vraie maîtrise du psychisme. Oui, encore. Parce que ce dernier s'emballera comme un cheval sauvage s'il n'a pas été apprivoisé et dompté comme il faut dès que les contacts intimes pointent leur nez. C'est tout simplement humain, et jusqu'à preuve du contraire, nous le sommes tous, humains.

Pour vous montrer ce qu'est la maîtrise, et ce dont elle est capable, regardez-moi ce que fait cette demoiselle avec son piano. Vous la voyez rigide comme un piquet, vraiment? Moi je vois plutôt la spontanéité, la liberté et la jouissance dans toute leur splendeur!


Donc je le redis, la méditation orgasmique est une belle pratique, une très belle pratique, qui peut même être abordée au sein du Tantra Yoga. Ceci dit, très différemment de ce que l'on vous propose généralement afin que vous puissiez, grâce à un entraînement encadré et discipliné, développer l'aptitude à en tirer de réels fruits.

Si vous voulez faire du "slow sex", du neo-tantra ou du sexe new-age, je le respecte tout à fait et même vous y encourage, cela vous fera certainement beaucoup de bien. Il existe d'ailleurs de nombreux cours, stages, écoles et professeurs qui pourront vous y initier. En ce qui me concerne, je préfère de loin, non pas vous laisser à la surface de votre potentiel, mais vous faire découvrir un enseignement et sa pratique qui vous permettra d'enfin révéler toute cette puissance et énergie qui sommeillent en vous, vous aidant ainsi à trouver dans votre vie un épanouissement et une jouissance au-delà de ce que vous auriez cru possible!

Alors, tantra or not tantra? ;)

Texte sous copyright - tous droits réservés - 2016 - Kama Tantra Yoga


*******


Loin du new-age ambiant, accédez à un enseignement authentique du Tantra Yoga et découvrez ses massages afin de stimuler votre éveil spirituel :

www.kamatantrayoga.com