mardi 21 février 2017

Tantra et magie (sorcellerie)

Un aghori, sorcier tantrique indien

La magie et la sorcellerie* sont omniprésentes dans le tantrisme, "traduction" moderne de Tantra Yoga. Je le fais comprendre de temps en temps au travers de mes textes, et de manière bien plus appuyée dans mes cours. D'ailleurs, tout élève mettant assidûment en pratiques les techniques que j'enseigne (qui sont celles de l'enseignement tantrique et yogique traditionnel) s'en rendra rapidement compte.

Ceci étant, je sais à quel point nombreux d'entre-vous êtes friands de références littéraires, à savoir les textes tantriques anciens et originaux. Et je comprends aisément pourquoi : on lit et entend de tout et de n'importe quoi de nos jours, entre élucubrations virtuelles et littérature new-age... Du coup, à qui vraiment se fier?

C'est en  ce sens que j'ai sollicité l'immense savoir de mon propre Maître Yogi afin de pouvoir vous démontrer l'omniprésence de la magie dans le Tantra Yoga, et donc également dans les textes tantriques!


Vous le savez à présent, le Tantra Yoga enseigne à développer la maîtrise de notre psychisme. Et pour le dire encore plus précisément, la majorité des textes tantriques sont donc eux-mêmes orientés vers l'acquisition de pouvoirs et facultés psychiques et magiques venant de forces occultes diverses, ou si vous préférez, les forces spirituelles, naturelles, divines, cosmiques, etc.


Les systèmes tantriques considèrent ces acquisitions sous deux optiques, qui ne sont au final opposées qu'en apparence :


  • celle où le pratiquant est en quête de libération du monde, familièrement nommée "mumuksu" (de mukti : libération);

  • celle où le pratiquant est en quête de pouvoir sur le monde, "bubhuksu " (de bhukti : jouissance).


En vérité, pas plus qu'elles ne sont complémentaires ou séparées, il n'y a pas de frontière entre l'une et l'autre : c'est l'ignorance du pratiquant néophyte, du croyant superstitieux ou du lecteur aveugle qui la crée.


Plusieurs anciens textes tantriques présentent des rituels magiques pour agir occultement sur soi, sur des personnes et sur le monde. Oui, tout pareil que notre bonne vieille sorcellerie occidentale tellement honnie et redoutée! Ah, ce cher Clergé a bien fait son travail, ceci étant il a été considérablement aidé par notre propension à nous vautrer dans la facilité, la paresse et l'ignorance, n'est ce pas...


En outre, ces textes sont très loin d'opposer le spirituel sacré et la trivialité mondaine. Nous pouvons même dire qu'ils sont loin d'opposer une pratique du bien contre une pratique du mal. Quand je vous disais, d'une part, que le secret de l'éveil de la conscience (donc de la maîtrise de son psychisme) réside dans la sacralisation du quotidien que l'ignorant voit comme profane, et, d'autre part, que les notions de bien et de mal sont aussi relatives que subjectives!


Dans ces textes donc, aucune pratique n'est moralement mauvaise ou spirituellement grossière. Ce qui est mauvais ou grossier, c'est la mauvaise manière de les pratiquer et le déni (ou l'incapacité) d'y apposer une dimension spirituelle (ce qui vient avec le développement de la maîtrise du psychisme, encore et toujours).

Voici trois références littéraires qui viendront appuyer ce qui a été dit ci-dessus :

  1. Dans le Yantra Chintamani, texte tantrique ancien, un Maître présente des figures magiques (yantra) associées à des paroles magiques (mantra) afin que le sorcier puisse exécuter divers rituels : faire du bien à quelqu'un, faire du mal à quelqu'un, posséder psychiquement un homme ou une femme désiré, agir à distance sur autrui ou sur des événements, se protéger, etc. Ce texte met en avant un principe fondamental de la sorcellerie authentique, qu'elle soit tantrique ou non: l'outil (la pratique sorcière) n'est ni bienfaisant ni malfaisant, c'est la main qui le tient qui lui donne son orientation. D'où le célèbre axiome "tout est pur à celui qui est pur" (à comprendre qui à éveillé sa conscience).


  2. Certains textes tantriques antérieurs au IX eme siècle, tel que le Mañjuśrīymūlakalpa ("L'Instruction du Rituel Racine de Mañjuśrī") ou le Brahmayamala ("Le Doublé de Brahma"), présentent l’obtention de pouvoirs psychiques et occultes via un dangereux rituel de maîtrise d'une Goule (entité surnaturelle liée à la mort et aux cadavres). Ce rituel nécessitera l'utilisation de divers instruments magiques, d'un cadavre, de sécrétions sexuelles, de substances hautement toxiques, et une évocation rituelle composée de mantra (paroles magiques) et de mandala (ici des cercles et diagrammes magiques qui seront le support de forces occultes supérieures) devra être faite.


  3. Aussi, le Shiva Svarodaya, autre texte tantrique mais cette fois à datation incertaine, relate des pratiques anciennes dans plusieurs milieux yogiques et tantriques. Y sont présentés l'usage du souffle vitale (le Prana) et la constitution subtile du corps (Cakra, Nadi, Vayu) dans une optique de présages magiques, d'influences occultes sur autrui et de vampirisme énergétique.


Dans l'histoire du tantrisme (entre autres, le phénomène étant tout simplement humain), il y a toujours eu des adeptes qui utilisaient leurs pouvoirs occultes pour procurer du bonheur ou du malheur, de la servilité ou de la libération, de la faiblesse ou de la force, de la souffrance ou de la jouissance. Tous utilisaient leurs pouvoirs pour eux-même d'abord, dans le cadre de leur évolution spirituelle, ensuite souvent gracieusement pour leurs proches et parfois contre rémunération très conséquente pour autrui.


Pour conclure, soulignons que la voie de la jouissance tantrique et des pouvoirs occultes, le "bubhuksu" donc, ne fait pas l'apologie de la richesse matérielle ni de la domination sur autrui, car du point de vue tantrique, il n'y pas de sujet ni d'objet au niveau absolu. Ainsi, la jouissance que procure le pouvoir occulte est toute spirituelle et ne dépend pas de la chose qui subit ce pouvoir : c'est l'acte (magique) qui induit la jouissance (spirituelle), que l'acte en question soit dirigé sur untel ou un autre est secondaire.


Bref, le Tantra EST Magie!


******

* La magie est cette "science des sciences" qui enseigne ce que sont les lois universelles et cosmiques auxquelles toute existence est soumise, de comment elles fonctionnent et de comment les utiliser. La sorcellerie est pour ainsi dire sont pendant le plus brutal et le plus "primitif", à l'image de la nature déchaînée (parfait reflet du chaos qui règne dans nos psychismes non-maîtrisés, et donc l’incommensurable puissance qui y sommeille).


Texte sous copyright - tous droits réservés - 2017 - Kama Tantra Yoga


*******

Loin du new-age ambiant, accédez à un enseignement authentique du Tantra Yoga et découvrez ses massages afin de stimuler votre éveil spirituel :

www.kamatantrayoga.com