dimanche 9 avril 2017

Tantra et tabous

 
Kali Union by Penny Slinger


Voici de quoi faire suite à mon article sur la magie et sorcellerie dans le tantrisme... battons-le faire tant qu'il est chaud, c'est le cas de le dire!

Quand on cause Tantra, la plupart d'entre-nous pense "sexe", à comprendre sexualité charnelle. Dites-merci au neo-tantra, qui en a retenu essentiellement cet aspect là, jusqu'à tout faire tourner autour de lui. Vouée à l'épanouissement du couple et à la satisfaction des plaisirs érotiques plus "empathiques" (slow-sex), cette version moderne et galvaudée du tantrisme n'a plus rien à voir avec son ancètre ésotérique et initiatique...

Bien que la démarche visant à équilibrer sa vie amoureuse et sexuelle soit aussi formidable que nécessaire dans ce monde consumériste et aveugle, ne confondons pas tout pour autant : le (Kama) Tantra Yoga n'a rien à voir avec le Kama Sutra (qui lui concerne la vie amoureuse et sexuelle), et  est encore moins un manière de s'envoyer en l'air sous couvert de "spiritualité"!

Je le dis ad nauseam, la sexualité n'est qu'un aspect du Tantra Yoga. Et si sexualité charnelle il y a, ce n'est pas dans une recherche d'équilibre de celle-ci (comme le professe le neo-tantra et le slow-sex), et encore moins d'assouvissement sexuel, mais en guise d'outil pour passer à un état supérieur de conscience, dans la discipline et la maîtrise s'entend. En outre, on confond allègrement énergie sexuelle (qui est synonyme d'énergie vitale) et activité sexuelle (les rapports sexuels à proprement parler, qu'on soit seul – masturbation – ou en couple, voire même à plusieurs).

Si le tantrika fut, dans les temps anciens, tellement craints et considérés d'un mauvais oeil par le reste de la population, c'est pour les mêmes raisons que nos sorciers occidentaux, les marabouts d'Afrique (les vrais, pas les hurluberlus actuels qui remplissent nos boîtes aux lettres d'annonces publicitaires), les bönpo du Tibet, les courtisanes taoïstes de Chine et j'en passe : certes en raison de leur puissance et  de leur influence, mais aussi pour leur tendance à briser les tabous.

Pourquoi briser les tabous? Parce qu'agir de la sorte, toujours avec discipline et maîtrise, nous ébranlera violemment et permettra d'impacter fortement sur notre psychisme, et ainsi éveiller cette fameuse puissance, cet indéniable pouvoir sur soi-même, mais aussi sur autrui, et sur son environnement en général.

Sachant que les tabous sont formés par nos croyances, notre éducation, la société dans laquelle nous vivons, etc. Il ne s'agira donc pas forcément toujours de pratiques immorales ou cruelles à nos yeux. Par exemple, pour un tantrika hindou, ce sera de manger de la viande bovine (la vache étant un animal sacré et intouchable en Inde) ou de coucher avec une femme autre que la sienne.

J'insiste à nouveau sur la notion de discipline et de maîtrise : non, les tantrikas et autres sorciers ne sont pas des fanatiques d'orgies et débauches en tout genre, ça c'est ce qu'ont essayé de vous faire croire le clergé et la plupart des dirigeants "religieux" (fallait bien trouver un moyen pour nous écraser, hein... mais c'est raté...), et tous les crétins et frustrés trop paresseux pour se prendre en main!

Bref, le (dépassement du) tabou est, si bien utilisé, un puissant outil d'élévation spirituelle et occulte. Le sexe en fait évidemment partie, mais ce n'est pas le seul, il y a tous les interdits religieux, tout ce qui sera considéré comme politiquement incorrect, comme l'usage de l'alcool et des drogues, ou encore de... la mort.

Pas question ici de jouer à Dexter, bien que ce personnage fictif aussi psychopathe que décalé m'amuse beaucoup, mais plutôt de se confronter à la notion de la mort, qui se manifeste de plein de manières dans notre vie (!), déjà simplement dans l'alimentation. Car oui, que l'on mange de la viande ou que l'on soit végétarien, c'est tout de même d'une autre vie dont nous nous nourissons et vouons de ce fait à une mort certaine...

C'est ce que l'on appelle l'Impermanence dans le bouddhisme, et particulièrement dans le lamaïsme (bouddhisme tibétain), qui lui-même est issu de la sorcellerie bönpo (et oui, retour aux sources, toujours). Bien entendu, on retrouve également cette notion et les pratiques afférentes dans le tantrisme, le taoïsme, l'occultisme occidental, etc. Bref, dans toute voie de développement psychique et spirituel, initiatique et ésotérique, qui se respecte.

C'est ainsi, par exemple, que vous pourrez voir de nombreuses disciplines utilisant comme support l'os, animal ou même humain. Notamment les colliers de méditation indiens, tibétains et népalais (malas) en os de yak, considérés comme des instruments magiques, qui à la fois sont un hommage aux animaux morts, à la fois un authentique talismant offrant à son porteur la pureté, la force et le courage de l'esprit animal en question.

Pour la petite histoire et selon la mythologie tibétaine, le différentes parties du corps du yak auraient servi à créer notre monde : "la tête, les yeux, les intestins, les poils, les sabots et le cœur du yak se sont transformés en soleil, lune, étoiles, rivières, lacs, forêts et montagnes". On retrouve d'ailleurs une histoire similaire dans la tradition nordique, avec le dépècement du géant Ymir. Oui, tout est lié, car le source occulte est commune...

En ce qui me concerne, j'utilise et estime la mala comme un outil de méditation nécessaire, voire vraiment important pour le pratiquant (dans la mesure où le seul outil absolument indispensable, c'est nous-même!). J'en ai plusieurs et en différentes matières, mais celui dont je préfère me servir est en os (de yak) : il représente la nature éphèmère et chimérique de la matière sur laquelle l'ignorant tente de s'appuyer, l'importance de développer sa conscience pour se désassujettir de la perception duelle et partielle d'un psychisme chaotique et immaîtrisé, de dépasser la peur de la mort en comprenant qu'elle fait partie de la vie, et que l'amour (bhakti) passe aussi par cette acceptation.

Si vous souhaitez vous procurer une mala (colliers et bracelets) à prix raisonnable tout en vous adressant à des professionnels se consacrant à la voie de la conscience, et ainsi emporter partout avec vous votre outil de méditation, voici trois boutiques que j'apprécie particulièrement : Hands of Tibet (US), Lungyo (France) et Bol Chantant (France).

Ou si vous préférez disposer d'un outil de méditation qui sera en plus consacré et chargé par une tantrika initiée, ce qui vous apportera un soutien énergétique dans votre quotidien et vous aidera bien entendu dans vos pratiques personnelles, je vous en propose également sur la boutique de site, importés d'Inde et du Népal, ou confectionnés par mes soins.

Et pour terminer en beauté, une peu de musique de circonstance...



Texte sous copyright - tous droits réservés - 2017 - Kama Tantra Yoga


*******


Loin du new-age ambiant, accédez à un enseignement authentique du Tantra Yoga et découvrez ses massages afin de stimuler votre éveil spirituel :

www.kamatantrayoga.com