dimanche 7 mai 2017

Le samadhi, est-ce vraiment l'extase?




Lorsque l'on parle de yoga ou de tantrisme, il y a des termes qui reviennent très souvent. Et comme la plupart du temps, ceux-ci sont compris de travers. Tantra, hatha, maîtrise, discipline... et Samādhi n'échappe pas à cette règle!

Généralement, on traduit le sanskrit Samādhi par extase, ce qui est, comme vous en doutez, une erreur : composé de sam ("complètement, parfaitement") et de ādhā ("poser, fixer"). Il s'agit donc de la notion de poser et fixer complètement quelque chose, ou de se poser et fixer parfaitement. Ce qui peut, et à certaines conditions, provoquer un extase... ou pas. En effet, ce terme ne s'utilise pas que dans le domaine spirituel, mais également dans d'autres contextes, comme celui de la grammaire.

Utilisé à l'origine dans les philosophies et religions du sous-continent indien, le mot Samādhi fut ensuite exporté en Asie pendant des siècles. De nos jours, on le rencontre dans la littérature spirituelle du monde entier.

Bien qu'il ait gardé le même sens depuis plusieurs millénaires, ce terme a pu prendre divers sens techniques, et de nombreuses écoles philosophiques comme mouvements religieux ont attribué un sens précis à celui-ci, spécifiquement à leur propre pratique spirituelle.

Ainsi, dans certaines approches bouddhistes, la pratique de l'apaisement du mental est Samādhi, c'est-à-dire qu'il faut fixer son mental un objet physique ou imaginaire afin de se fixer soi-même sur la calme résultant de la pratique en question. Par extension, toute fixation mentale ayant pour objet l'éveil spirituel afin de se fixer dans ce dernier est Samādhi.

Outre cela et pour rester dans le bouddhisme, les enseignants d'antan ont appelé Samādhi diverses pratiques ou niveaux d'états spirituels, sans chercher à réduire les confusions possibles. Pourquoi? Tout simplement parce qu'il utilisait le terme de manière bien plus censée que la plupart d'entre-nous, autrement dit dans son sens étymologique. Ils pouvaient ensuite le revêtir d'idées plus personnelles et spécifiques.

Il en va de même pour les courants yogiques antiques, classiques, tantriques ou encore modernes. Chacun d'entre-eux apportera donc sa propres appréciation d’un Samādhi, comme par exemple :

  • son type : est-il fait sur un support concret ou abstrait, intellectuel ou émotionnel, physique ou énergétique?
  • sa qualité : provoque-t-il des conséquences avec ou sans scories mentales?
  • son niveau : quelle est son intensité et sa régularité?
  • son objectif : est-il orienté vers un pouvoir psychique "mondain" ou vers une émancipation à celui-ci?

En conclusion, lorsque l'on veut donner une définition précise au terme Samādhi, il est nécessaire de placer d’abord le contexte exact de son usage. Sans quoi, il ne faudra tenir compte QUE de son étymologique et donc originel: poser et fixer [son mental] complètement sur quelque chose, ou se poser et se fixer parfaitement [dans un état d’être ou dans une puissance].

*******

Cet article a été écrit avec l'aide de mon propre Maître et de linguistes spécialisés en sanskrit et philologie indienne. Merci à eux!

Texte sous copyright - tous droits réservés - 2017 - Kama Tantra Yoga


*******



Loin du new-age ambiant, accédez à un enseignement authentique du Tantra Yoga et découvrez ses massages afin de stimuler votre éveil spirituel :

www.kamatantrayoga.com