mercredi 5 juillet 2017

Suis-je thérapeute?




Durant longtemps, j'ai hésité à user du terme de thérapeute, surtout dans mes communications. Pourtant, mon approche est bel et bien thérapeutique, tant du point de vue de l'enseignement que des massages. Alors, pourquoi cette hésitation? Parce que le terme "thérapeute" est généralement compris de travers, ou plus exactement, mal interprété car toujours entendu d'un point de vue consumériste et non pas évolutif.

Si vous me lisez régulièrement, vous n'ignorez plus mon amour pour l'étymologie et pour les mots utilisés avec justesse, au sens de connaissance. Nous allons donc, dans cet article, nous attarder sur la véritable signification de "thérapeute/thérapeutique", à l'éclairage de la conscience s'entend, et non des idées reçues dont nous avons la fâcheuse habitude de nous abreuver aveuglement. 

Le terme vient du grec therapeutếs et signifie littéralement "serviteur". Autrement dit, il s'agit de celui "qui sert", et donc de fait "qui prend soin de". A l'origine, il n'y a pas de connotation particulière, on prend prendre soin de soi, d'un autre, de la nature, du divin... D'ailleurs, il fut un temps éloigné où les thérapeutes n'étaient autres que des ascètes religieux au service de Dieu, plus grand chose à voir avec ce qu'on en a fait aujourd'hui! 

Et le Tantra, entre autres, nous enseigne que communier avec le divin, c'est avant tout percevoir qu'il est également en nous et que l'on fait partie de lui. Que s'unir à la conscience universelle, c'est tout d'abord reconnaître notre conscience individuelle et comprendre qu'il n'y a, et qu'il n'y a jamais eu de séparation. Que le microcosme est dans le macrocosme, que l'un est le reflet de l'autre, que le tout est dans le Tout, peu importe que l'on préfère se vautrer dans le déni et l'ignorance, l'univers n'a pas attendu notre bon vouloir pour exister.

Voyez-vous où je veux en venir? Non? Alors continuons...

L'être humain et sa manie de tout enfermer dans des petits cases dans la vaine espérance de maîtriser l'univers et ses lois, et sans aller jusque là, son petit univers à lui, et dieu sait que la médecine et la science conventionnelle ne sont pas en reste en ce qui concerne cette pathétique manière de faire... L'être humain, donc, du haut de son grand savoir (oui, c'était ironique), a encore une fois pris un otage, et il s'agit cette fois du thérapeute. Et il en à fait ce soigneur, voire ce guérisseur de malades, de quoi couper court à toute prise de conscience et de piquer la susceptibilité du quidam : "oh, je ne suis pas (un) malade moi, je n'ai pas besoin d'un thérapeute!". Ceci-étant, sachant qu'être malade signifie que l'on souffre d'un mal(aise), quel qu'il soit... On le voit bien là, le grand méchant déni, mmh?

Voilà pourquoi je rechigne souvent à utiliser ce titre. Et si je le fais, je m'explique. Car, aujourd'hui, thérapeute est synonyme de médecin, enfin, ce que l'on entend par médecin (là aussi, l'étude étymologique serait intéressante à faire...), c'est-à-dire une personne qui va, en quelque sorte, prendre votre guérison en main. Qui va faire le boulot pour vous, quoi. Pourtant, les bons médecins, une denrée rare je le crains, seront les premiers à vous dire qu'ils ne pourront pas faire grand chose pour vous (non, vous gaver de médicaments n'est pas une solution, et si vous refusez d'admettre cette évidence, votre corps et votre psyché s'en chargera) si vous ne mettez pas la main à la pâte, et qu'ils peuvent "seulement" vous guider, vous soutenir et vous aider à prendre la voie de la guérison. Mais soyons honnêtes, peu d'entre-nous l'entendent de la sorte. Non mais, faire des efforts, ça ne va pas la tête?? C'est tellement commode de laisser la responsabilité à autrui (et "vivre" dans un fantasme), n'est-il pas...

Être thérapeute, ou même médecin d'ailleurs, au sens noble (voir ci-dessus) du terme, n'est pas que question académique. Sinon, nous croiserions bien plus souvent d'authentiques maîtres et sages (ce qui est manifestement loin d'être le cas). Pourquoi? Parce que l'on vous enseigne lors de ces longues études supérieures et universitaires une flopée d'outils de développement personnel, que l'on retrouve d'ailleurs (même si l'homme moderne les a méchamment édulcorés) dans le Yoga antique pour ne citer que lui, censés donc être d'abord appliqués sur soi. Oui, censés, parce que nous sommes toujours loin du compte, que ce soit du côté des étudiants comme, plus grave, des enseignants. Alors, en ce qui concerne les praticiens fraîchement démoulés, ou pas d'ailleurs, je m'abstiendrai par discrétion de vous révéler ma propre expérience et les nombreux retours reçus par d'autres, mais je vous laisse deviner.

Pour conclure, revenons à l'étymologie originelle du mot "thérapeute". Au fait de prendre soin, de servir. Qui? Dieu, la nature, l'univers, la conscience, la vie, l'évolution... Tous synonymes. Enfin, qui?? Et bien, soi-même, dans un premier temps! Car rappelez-vous que le tout est dans le Tout, que le microcosme est dans le macrocosme, que le "petit univers" est à l'image du "grand univers", et vice versa... Bref, l'authentique thérapeute ne sert donc que la Connaissance (la conscience), et son seul maître est la vie. Prendre la voie de la thérapeutique, en tant que praticien, ne peut être qu'une vocation, celle de servir l'évolution, et donc apprendre à autrui à prendre soin de lui (et non pas le soigner à sa place, croyance débilitante au possible) par l'utilisation d'outils (d'évolution) dont la maîtrise a été préalablement acquise, est entretenue et continuellement développée par un laborieux travail sur soi.

Il existe bien entendu de nombreuses voies thérapeutiques, et cette diversité est une grande richesse. Pourvu que l'on garde toujours bien à l'esprit que l'on ne peut pas donner ce que l'on ne possède pas, que l'on parle d'amour, d'équilibre, de maîtrise ou de sagesse. Autant dire que nous ne sommes pas au bout de nos peines...

Alors, suis-je thérapeute? Oui, car mon existence est toute vouée à servir la vie et l'évolution, et pour se faire je vous apprendrai à prendre soin de vous, vous soutiendrai et vous guiderai sur ce difficile mais ô combien exhalant chemin de puissance et de liberté. Car le pouvoir de vous guérir est entre vos mains, et seulement entre vos mains.

Texte sous copyright - tous droits réservés - 2017 - Kama Tantra Yoga


*******


Loin du new-age ambiant, accédez à un enseignement authentique du Tantra Yoga et découvrez ses massages afin de stimuler votre éveil spirituel :

www.kamatantrayoga.com